Le Petit Chaperon Rouge et autres Contes de Charles Perrault

Comme la plupart des enfants, je garde un souvenir ému des soirs ou mes parents me lisaient une histoire qui me fascinait et m’émerveillait à chaque fois. Ainsi perdure de la plus belle manière l’ancestrale tradition du conte oral, d’une puissance évocatrice telle qu’elle ouvrait d’immenses territoires imaginaires à l’enfant qui tendait l’oreille et qui bien souvent enrageait de devoir attendre la nuit suivante pour connaître la suite de l’histoire !

Relire avec un regard d’adulte les fabuleux contes de Charles Perrault est un bain de jouvence enchanteur que je ne peux que recommander à tous et à toutes. Car loin de retomber dans une nostalgie régressive, la lecture de ces histoires procure de multiples variétés de plaisirs. Celui évidemment du récit en lui-même, Le Petit Chaperon rouge (à la brièveté intense et parfaite) introduit le lecteur dans une multitude de contes à l’évocation visuelle immédiate qui nous perd avec délice dans de sombres forêts ou rôde de vilaines choses, nous invite dans d’immenses châteaux ou vivent de grands seigneurs et de belles princesses.  Des personnages au destin tantôt tragique tantôt amusant souvent les deux à les fois régaleront des générations et des générations de lecteurs qui n’oublieront pas de sitôt les histoires de La Belle au Bois dormant, du Chat Botté, de Riquet à la Houppe, du Petit Poucet et du terrifiant Barbe Bleue.

L’humour, la peur, la romance et le mystère tourbillonnent dans ces mots écrits magnifiquement pas Charles Perrault qui nous offre le loisir de construire notre vision de l’histoire à l’aide de descriptions tour à tour discrètes ou frappantes. On se surprends à redécouvrir la beauté des contes en vers comme celui de Peau d’Ane qui est peut-être mon récit préféré de ce recueil. Et bien sûr, il ne faudrait surtout pas oublier les morales qui accompagne chaque histoire ! Toujours édifiantes et à chaque fois surprenantes, elles sont au fond sûrement la raison profonde qui fait que ces contes traversent le fil du temps. Le bon sens vient frapper avec malice à la fin de chaque histoire, sans pour autant empêcher le lecteur de se voir offrir de multiples niveaux de lecture, en témoigne le nombre vertigineux d’analyses et de thèses sur Le Petit Chaperon Rouge. Mais le plus grand plaisir de ce livre est peut-être de le lire à son tour à un enfant émerveillé par la richesse de ces légendes éternelles.

(Livre acheté à la librairie Forum de Louhans)

Cet article, publié dans Littérature, est tagué , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s