La Force de l’âge

Il est des livres dont on ne sait pas pour quelles mystérieuses raison ils nous attirent irrésistiblement. Ainsi en-est-il de La force de l’âge de Simone de Beauvoir. Ce récit autobiographique m’a peut-être intéressé pour pouvoir vivre dans l’esprit d’une personne des années 30 et 40, ou pour analyser l’un des plus brillants esprits français du 20eme siècle, ou pour m’inspirer de la volonté et de la force de caractère de ce personnage hors du commun, ou que sais-je encore… Quoi qu’il en soit, le résultat de cette lecture eut un impact considérable sur moi et demeure encore une inépuisable source d’inspiration pour mener une vie intellectuelle et culturelle avec une certaine exigence.

Au début des années 30, Simone de Beauvoir commence sa carrière de professeur de philosophie (en bousculant quelque peu les conventions bien établies), profite de son indépendance de façon admirable pour une jeune femme de cette époque, et se cherche encore en tant qu’écrivaine. La minutie avec laquelle elle décortique ses émotions est assez saisissante, sa force d’écriture parvient à transformer un texte qui aurait pu être froid et monotone en une introspection d’une époustouflante précision. Ses questionnements se font nôtre, sa soif insatiable de culture et sa joie de vivre déteignent sur nous, et nous voilà complétement immergé dans la vie parisienne des années 30.

La relation qu’elle entretient avec le philosophe Jean-Paul Sartre est décrite de manière étonnamment directe tout en gardant une grande pudeur sur la complexité de leurs rapports, ce qui donne lieu d’ailleurs à des moments humoristiques extrêmement savoureux (la chute de Sartre pendant un voyage en Grèce par exemple). La randonnée, activité que Simone de Beauvoir pratique assidument et avec intensité, donne lieu à de belles pages d’écriture qui procurent vraiment l’envie de chausser ses baskets et de partir à l’aventure sur les chemins de notre beau pays.

En filigrane de sa vie intime, l’écrivaine nous raconte les événements politiques qui aboutiront à l’horreur de la 2eme guerre mondiale. Le manque de courage dans les décisions politiques des dirigeants, dans les prises de position d’intellectuels de gauche et d’hommes de droite y est décrit sans détour, remettant d’ailleurs certaines pendules à l’heure. La Force de l’âge qui était jusqu’à alors passionnant à lire devient alors tout simplement essentiel pour comprendre comment la population française s’est retrouvée désarçonnée devant l’occupation allemande. L’analyse subjective de Simone de Beauvoir sur les différents appareils politiques de l’époque est vraiment très instructive, et la description du processus qui va l’emmener d’une personnalité égoïste à un tempérament altruiste sous la pression des évènements est prodigieuse. Le récit de l’invasion allemande est proprement terrifiant par sa simplicité et sa limpidité, et nous pousse à nous questionner sur nous-même : <<Qu’aurions-nous fait, comment aurait-on réagi ? Jusqu’où serions-nous allés pour défendre notre famille et les persécutés ?>>. Journal intime, introspection philosophique et artistique, récit de guerre, carnet de voyages, tout ça et plus encore est contenu dans La Force de l’âge, une œuvre dure et profonde, un témoignage exceptionnel d’une femme qui changea le paysage intellectuel français à tout jamais.

Cet article, publié dans Littérature, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s