Une Nuit d’Horreur à la Médiathèque de Lons-le-Saunier !

279872_fb8856d8b9e466b0900eb46b5b390ff3

Pour fêter dignement la fin de saison du Centre culturel communautaire des Cordeliers (à Lons-le-Saunier), une soirée cinématographique placée sous le signe de l’horreur fut proposé aux plus courageux. Pour 3,50 euros la séance (un petit prix vraiment bienvenue !), l’on pouvait voir dans l’ordre de son choix Mamà de Andres Muschietti ou  The Bay de Barry Levinson. Ce 30 Juillet 2013 nous permis également de prendre le pouls du cinéma fantastique avec ces deux films représentatifs du genre. Il est d’ailleurs très amusant de constater que Mamà et The Bay possèdent une même approche malgré leur différences formelles.

mama-1

Entrons dans le vif du sujet avec Mamà. C’est avec l’appui d’un certain Guillermo Del Toro (Le labyrinthe de Pan, Pacific Rim) que le réalisateur Andres Muschietti a pu transformer son court-métrage en film du même nom. Comme bien souvent, une bonne idée de court-métrage ne suffit pas à remplir 2h de film, et Mamà n’échappe pas à la règle. Cumulant tous les clichés en vigueur dans les films de fantômes depuis au moins 10ans , le long-métrage fait constamment référence à ses modèles. Citons en vrac les films de fantômes japonais (Ring, The Grudge), américains (Jusqu’en Enfer, Insidious) ou espagnols (L’orphelinat, L’échine du Diable).

(court-métrage original précédé d’une intervention de Guillermo Del Toro)

Malgré cela, le résultat est carrément plaisant à regarder, et certaines scènes font bien décoller du siège ! Les petites filles sont aussi attachantes qu’impressionnantes, l’histoire tient la route, et la facture technique assure un résultat final propre et sans bavures. Ce dernier point est symptomatique du cinéma fantastique, où les effets numériques ont remplacés le latex. Le résultat pourrait ne pas gêner le spectateur, mais le cinéma actuel se perds dans des démonstrations visuelles absurdes qui enlèvent toute poésie, aussi morbide soit-elle. Le final de Mamà est à ce sujet totalement dans l’air du temps, ce qui est bien dommage, car, avec un peu de subtilité, il aurait pu conclure en beauté cette histoire assez émouvante. Je passerais sous silence le manque de profondeur psychologique de tous les personnages secondaires (ce n’est pas ce qu’on attends de ce genre de films) mais il est tout de même dommage de sous-exploiter aussi maladroitement le personnage de la tante, qui aurait permis d’épaissir les autres caractères. Ne boudons cependant pas notre plaisir, c’était un vrai plaisir de frisonner tous ensemble pour démarrer la soirée !

The-Bay-Affiche-Teaser-USA

Après un verre sympathiquement offert par la Médiathèque pour se remettre de ses émotions, il était temps de plonger dans les eaux troubles de The Bay. Il est assez étonnant de voir un réalisateur comme Barry Levinson (Rain Man, Sphère), âgé de 71ans, s’intéresser à ce sous-genre particulier du film fantastique, le « found-footage » (caméra au poing, style « faux-documentaire ») pour réaliser The Bay, qui se veut un cri d’alarme écologique. Comme pour Mamà, le film puise sans merci dans les clichés du genre pour nourrir son récit mais avec un résultat beaucoup plus inégal. Nous bombardant de plus d’une vingtaine de techniques vidéo différentes se télescopant les unes les autres pour accentuer le chaos du récit, le dispositif audacieux (quoique) de The Bay agace très vite, et se perds en route avec un mélange de 1er et de 2nd degré, des scènes documentaires devenant cinématographiques (travelling normalement impossible par exemple) et un manque de cohérence qui nuit à l’ensemble. Malgré cela, The Bay se regarde sans déplaisir, et certaines scènes sont bien dégoutantes à souhait ! On est quand même loin de la terreur du Projet Blair Witch ou de la réalisation frénétique de [Rec], les 2 modèles du genre « found-footage ».

En conclusion, et même si j’ai été un peu dur avec ces séries B, ce fut une excellente soirée qui permit au public de rire, de frisonner et d’échanger leur impressions. Un grand merci à tous les organisateurs de cet événement, et vivement la rentrée pour plonger à nouveau dans l’impressionnante collection de DVD  de cette belle médiathèque de Lons-le-Saunier.

992933_279628055508623_1737394250_n

Publicités
Cet article, publié dans Bibliothèques, Cinéma, Evenements, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s