Syro, Aphex Twin

aphex-syro2

Blanc et épuré, Syro, le nouvel album d’Aphex Twin, est doté d’un bel emballage. On pose avec délicatesse et fébrilité le 1er des 3 vinyls sur la platine, on pousse le volume très fort en vérifiant une dernière fois les réglages, on retient son souffle, c’est parti !

Surprenant début que ce minipops 67, avec cette voix chantée (oui, chantée !) et passée au vocoder, donnant une coloration très pop à cette entrée en matière. Mais on retrouve immédiatement les sonorités si chères à Richard D. James : mélodies aériennes, construction/déconstruction rythmique, groove rampant et entêtant. On sait déjà que l’on aura pas affaire à une révolution électronique de la trempe du Richard D. James album ou de I care because you do mais plutôt à un rappel du son Aphex Twin en 2014. Si l’on peut être légèrement déçu au premier abord, il faut pourtant avouer que c’est un immense plaisir de retrouver cette ambiance unique, d’autant que le début de l’album nous installe confortablement dans un cocooning musical.

Syro

Dès le 2eme vinyl, l’ambiance se corse, bienvenue avec 180db dans une Techno de train fantôme au sein d’une vieux parc d’attraction déglingué, on est plongé dans la bande originale du film improbable Des Zombies à Ibiza et la suite sera du même acabit. On retrouve le style musical propre à l’album paru en 2006, Chosen Lords. C’est vraiment étonnant de la part d’Aphex Twin, qui malgré son manque d’intérêt pour la sphère médiatique, devait quand même savoir à quel point son nouvel album était attendu et espéré. Mais le bonhomme, avec l’humour qu’on lui sait, a préféré sortir une bombe dont lui seul a le secret mais qui ne surprendra personne. On se croirait presque revenir dans les années 90, ou plutôt assister à une fracassante collision en 1994 et 2014 !

aphex-syro

3eme vinyl, la fête s’emballe, les drogues laissent un sale goût dans la bouche, elles sont sûrement périmées mais on va faire la fête quand même ! La question est maintenant de savoir si Aphex Twin a dans les tiroirs autre chose que ses morceaux à base de synthés analogiques. Le génie est-il allé au bout de lui-même avec les merveilleuses ballades bricolées au piano parsemées dans le copieux Druqks ? Tous les amoureux de musique électronique mettaient beaucoup d’espoir dans cette sortie inattendue d’Aphex Twin, finalement c’est comme retrouver un vieux copain qu’on avait perdu de vu depuis longtemps et qui n’a pas changé, toujours les mêmes goûts, toujours les mêmes vêtements.

On peut alors sans regrets accueillir ce vieux pote en le serrant dans ses bras, et lui présenter tous les nouveaux amis que l’on a rencontré depuis (Oneothrix Point Never ou Tim Hecker), ainsi que les excellents labels qu’on aime visiter (Kvitnu, White Paddy Mountain, Schole…). Mais il déjà l’heure de se quitter au son de l’émouvant Aisatsana, on se serre une dernière fois la main, on promet de se revoir très vite, et on part chacun de son côté en se disant que c’est super de pouvoir compter sur ses vieux copains…

Publicités
Cet article, publié dans Musique, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Syro, Aphex Twin

  1. Erwan dit :

    Syro en vinyl: la classe! Effectivement pas révolutionnaire, mais aucune faute de gout et surtout ce style, cette singularité qui fait qu’il est et sera toujours au dessus, ou plutôt en dehors des modes et des tendances. Bonus (LE Cirklon) (vendu)
    http://www.spheremusic.com/Bargaindtl.asp?Item=12415

  2. Ping : Computer controlled acoustic instruments pt2, Aphex Twin | C'est arrivé près de chez moi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s