Moby Dick, Melville

DSCN2833

Quel livre étrange et déroutant que Moby Dick, ce grand classique de la littérature américaine écrit par Herman Melville en 1851…

Herman_Melville

Alors qu’on s’attend forcément à un combat épique entre un équipage de têtes brulées et une baleine déchaînée, le tout étalé sur des centaines de pages, Melville convoque tous ses souvenirs de baleinier, les récits les plus incroyables de la rencontre entre l’homme et le cétacé, son expérience de la nature humaine et sa sensibilité littéraire pour nourrir sa palpitante aventure et croise cette garguantuesque matière avec une impressionnante étude biologique, philosophique, littéraire, religieuse et mystique de la baleine, qui questionne par la même occasion le rapport à l’homme à la nature et à lui-même.

moby-dick-rockwell-kent-illus

Le résultat est absolument stupéfiant et vertigineux. L’écrivain délivre une érudition sauvage et foisonnante dont les niveaux de lecture ne se découvriront qu’après plusieurs relectures de l’œuvre. A travers le personnage de Ishmaël (les références religieuses abondent dans le récit), Moby Dick nous invite ainsi prendre part à une formidable double quête métaphysique, portée par une galerie de personnages inoubliables, dont le terrifiant capitaine Achab, qui illustre à merveille la folie, la beauté et la noirceur de l’âme humaine. Emportant avec lui son équipage au bout du monde, Achab ira au bout de lui-même, au bout de l’humanité, pour peut-être espérer y découvrir une vérité suprême et terrifiante.

e30c74ea-3ebb-40cd-a81c-d5b8a7a731d8.Jpeg(Pêche du cachalot, Ambroise-Louis Garneray)

Sans rien dévoiler de l’issue de cette inoubliable aventure épique, on peut quand même  dire que les derniers chapitres de cette chasse hallucinée sont largement à la hauteur de l’attente suscitée par l’apparition de la légendaire créature marine, le gigantesque cachalot blanc Moby Dick. Le final époustouflant, dont il est impossible de lâcher prise, ne peut que marquer à tout jamais le lecteur bousculé, embarqué et noyé dans cet abîme littéraire, ode poétique, brutale et sublime à la nature.

2011-01-MobyDick-240241

Publicités
Cet article, publié dans Littérature, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s