Une certaine conception de l’élégance masculine

110484616_o

Chez les hommes, cultiver son élégance est un acte fort, une affirmation de soi. Quand on évoque l’élégance, c’est la tenue vestimentaire, la coupe de cheveux, le rasage, bref c’est l’allure générale qui vient immédiatement à l’esprit. Tous ces signes extérieurs de représentation sociale, s’ils sont dénués d’un perfectionnisme fatiguant et d’une obéissance aveugle aux dictats de la mode, peuvent être travaillés dans une recherche stylistique où la forme rejoindrait le fond dans une osmose sans cesse à redéfinir.

Si cet aspect a déjà été évoqué dans l’article « Au temps de l’élégance », intéressons-nous aujourd’hui à l’essence de l’élégance, à son esprit pourrait-on dire. La deuxième pensée qui peut venir à l’esprit quand on parle d’élégance est le luxe, et bien souvent le luxe est associé à la richesse, et donc à une certaine classe sociale, et in fine à un certain mépris de personnes qui ont simplement moins d’argent pour s’offrir une vie qui correspondrait à leur envies. Si cela est bien sûr réducteur, nous connaissons tous des personnes dont le manque de limites (qu’elles soient financières, morales ou philosophiques) nous offre un consternant panache de mauvais goût tout en cultivant une attitude méprisante et hautement détestable vis-à-vis d’autrui. Partons alors du postulat que nous avons tous des moyens conséquents de mener une vie luxueuse. Comment faire pour, à notre tour, ne pas sombrer dans un ridicule snobisme de pacotille ?

Ce diaporama nécessite JavaScript.

L’essai de Peter Mayle, « Chic : le manuel du luxe au masculin » (Presses de la cité, 1992) nous apporte un premier élément de réponse, limpide et salvateur : l’humour ! A travers une vingtaine de thèmes différents, allant de Noël à l’écriture en passant par le choix des costumes, l’écrivain anglais nous livre un savoureux mélange de conseils et d’expériences personnelles sur différents aspects du luxe masculin. Et ce qui pourrait n’être qu’un livre de « recettes » supplémentaire sur les bons choix à faire pour être distingué se révèle être en secret un hilarant pastiche à l’humour anglais aussi subtil que détonnant ! Il faut lire les solutions prodigués par Peter Mayle au sujet des domestiques pour éviter que ceux-ci envahissent la vie de leur maître pour mesurer le degré de causticité de l’ouvrage. Ainsi, l’humour apparaît donc comme la manière la plus salutaire de remettre les pieds sur terre et de se moquer de tout ce luxe ostentatoire qui, s’il aide à vivre dans des conditions très confortables, entraîne l’heureux détenteur de tout cet argent à ne jamais rechercher ce qu’il est, mais plutôt à compter ce qu’il a.

A10700.jpg

La deuxième clé pour appréhender une idée de l’élégance masculine qui se défait de signes extérieurs de richesse pour explorer une intériorité de l’élégance va nous être donné (une fois de plus!) par l’inestimable et éternel Marcel Proust. Paru en Juillet 2015 dans l’excellente collection L’imaginaire chez Gallimard, « Chroniques » est un recueil des articles écrits par Marcel Proust de 1892 à 1921 dans le Figaro, La Nouvelle Revue Française et autres journaux. Ces articles (regroupés en quatre catégories) nous permettent de renouer avec l’esprit sensible et la plume élégante de l’auteur français qui se délecte de relever toutes les impressions que lui ont laissé aussi bien la visite d’un salon parisien très huppé que le souvenir d’une église d’enfance. De brillantes réflexions sur le génie total des cathédrales françaises ou le style de Flaubert nous laissent entrevoir toute la souplesse intellectuelle de l’écrivain qui utilise la même hyper-sensibilité pour évoquer ces sujets. Mais pour en revenir à notre sujet, ce qui frappe également à la lecture de ces articles, c’est cette impression diffuse d’un très léger sourire au coin des lèvres de l’auteur lorsqu’il écrit ces textes. L’humour est encore loin d’être absent, et cet humour si subtil offre à Marcel Proust le recul nécessaire pour penser les choses et les personnes. Voici donc la deuxième clé, après l’humour, le recul. Le recul qui apporte la distance et donc la réflexion.

c-etait-bien-555126

Ceci étant dit, nous pouvons donc déclarer que l’élégance de l’esprit masculin invite à fréquenter la beauté, à admirer le sublime et le sacré. Cette dynamique intellectuelle et émotionnelle nous transforme, nous conforte dans l’idée que la vulgarité gratuite et la bêtise violente que nous ne cessons de croiser au quotidien est la preuve que l’élégance fait peur, car elle appelle l’effort de toutes ses forces, et invite à transcender l’individu gavé de médiocrité. L’humour et le recul s’incarneront dans cette dernière partie de l’article dans le réjouissant ouvrage de l’académicien Jean d’Ormesson, « C’était bien »( Gallimard, 2003). Souvent dénigré par une partie du public et des écrivains, l’auteur ne se laisse pas démonter et poursuit en toute quiétude son œuvre littéraire unique en son genre, au croisement du roman, de l’autobiographie et de l’essai philosophique et littéraire. Comme souvent, tout démarre par des brides de souvenirs exaltants ou douloureux qui s’entrecroisent avec des réflexions sur la nature humaine. Et puis, porté par une écriture riche, aérienne et libre, l’ouvrage va se transformer l’air de rien, comme ça, dans un souffle. Et toujours l’air de rien, nous allons frapper à la porte des grandes questions : qui sommes-nous ? Mais à peine notre cerveau se réjouira de ce régal littéraire, que viendra d’autres questions sur notre monde, puis le cosmos, puis enfin le temps, ce mystère insondable à l’origine de tout… Jean d’Ormesson ou l’art du modeste qui joue au faux modeste qui joue au modeste ! A chacun, selon sa culture, d’y piocher ce qu’il a envie, mais impossible de nier désormais l’évidence : l’élégance apporte du sens ! L’élégance de l’esprit est un long processus appelant une construction de soi rigoureuse et aventureuse.

0ada67e16873575bda84c420a96b5

 

Publicités
Cet article, publié dans Littérature, Réflexions, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s