Lectures imaginaires

1 -EoDIqUKf4QWMCCzemIh7A.jpeg

Cela fait bien longtemps que je me suis éloigné de la littérature de l’imaginaire, même si j’y reviens de temps à autre, guidé par ma seule intuition. Mais depuis que j’ai un petit cercle de lectrices et de lecteurs intéressés par ce genre (et avec qui j’ai de passionnantes conversations) dans la médiathèque où je travaille, je me suis imposé de pratiquer une veille documentaire plus importante pour tenter de dénicher de bons romans, que ce soit dans le domaine du fantastique, de la fantasy ou de la S-F…

couverture

Et c’est grâce à l’excellent site Elbakin que je suis tombé sur ce roman de Scott Hawkins, publié en Juillet 2017 dans la collection Lunes d’encre chez Denoël, La Bibliothèque de Mount Char. Intrigué par le titre et la très belle couverture, je décide de me procurer l’ouvrage en question tout en espérant ne pas être déçu par cette nouvelle excursion dans le genre. Heureusement grand bien m’en a pris, car je n’ai pas lu un excellent roman, j’ai lu un récit exceptionnel !!! Ce qui m’a énormément plu d’entrée de jeu, c’est que nous somme plongés dans un monde (le nôtre en l’occurrence mais avec une galerie de personnages qui n’évoluent pas sur le même plan) auquel nous ne comprenons rien, car aucune indication précise ne nous est donné par l’auteur. Et ça marche ! On avance à pas de loup dans cette histoire dense et sombre, les détails nous sont donnés de manière brutale et jubilatoire, faisant appel à notre pouvoir d’imagination. On sent bien que l’auteur a énormément bossé son texte pour lui donner ce rythme si singulier, qui varie au fil de révélations dantesques et de réflexions profondément intimes sans que la continuité du fil rouge en soit perturbé, bref c’est un véritable tour de force !

91aMvrcfA5L

Scott Hawking, en bon conteur d’histoires fantastiques, nous entraîne au fur et à mesure à la découverte d’une mythologie totale, qui nous propulse à travers l’espace et le temps tout en restant bien ancré dans le réalisme de ses personnages, très attachants. Sans vous dévoiler l’histoire (quel gâchis ce serait, d’ailleurs je vous conseille de ne pas lire la 4eme de couverture qui contient beaucoup trop de révélations), disons simplement que nous suivons Carolyn, une jeune américaine aux vêtements excentriques, qui va entrainer Steve, rencontré dans un bar, dans une aventure, que dis-je, dans une guerre qui défie l’esprit humain. Carolyn fait partie d’un groupe d’orphelins aux pouvoirs très spéciaux élevés par Père, un être si mystérieux qu’on peut s’interroger sur sa nature réelle, ne serait-ce pas un Dieu ? Chaque enfant possède un ouvrage, un catalogue, révélant à chacun un talent bien précis. Ces livres se trouvent dans une bibliothèque aux proportions gigantesques dont nous ne savons rien. Voilà, vous n’en saurez pas plus, à vous de lire maintenant ce récit incroyable où ces jeunes bibliothécaires vont être  entrainés au carrefour de l’horreur mystique, de la révélation divine, du suspense policier et de la fantasy urbaine !

ij6PKry3FmPCcdKbZrDaHojPtOE

Du coup, je ne pouvais en rester là et j’enchainais ensuite avec un autre livre qui me faisait de l’œil depuis un moment, Quelques minutes après Minuit, de Patrick Ness (d’après une idée originale de Siobhan Dowd), publié en Septembre 2014 chez Folio Junior. Là encore, je suis sorti de ma zone de confort littéraire, car non seulement ce roman appartient au genre Fantastique mais également au genre Adolescent, que je ne lis pratiquement jamais ! J’avoue avoir été déstabilisé par le style des premières pages, que je trouvais trop simple, mais petit à petit, j’ai été complétement happé par ce récit mystérieux et très émouvant que je recommanderais chaleureusement aux lectrices et lecteurs de 10 à 110 ans ! Conor, 13 ans, est un adolescent très solitaire et renfermé sur lui-même, qui doit jongler entre la maladie très grave de sa mère, un arbre-monstre qui vient lui rendre visite chaque nuit pour lui conter des histoires à la morale bizarroïde et enfin faire face à un cauchemar plus épouvantable que tout… A partir de ce postulat, Patrick Ness va tisser un récit envoutant, poétique et ténébreux. On ne peut qu’être profondément touché par cet enfant qui va se retrouver pris entre une réalité cauchemardesque et un imaginaire peu accueillant. A signaler que ce récit (à lire de toute urgence également) a fait preuve d’une adaptation cinématographique dont je ne sais rien si ce n’est que j’ai déjà eu l’occasion d’écouter l’excellente composition.

Quelques_minutes_apres_minuit

Comme vous le voyez, je suis revenu plus que comblé de ce petit voyage au pays de l’imaginaire, je vous invite donc à mon tour à parcourir sans apriori ces terres inconnues du grand public pour y découvrir une littérature libre, sombre et terriblement humaine…

A Monster Calls. Patrick Ness.

Publicités
Cet article, publié dans Littérature, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s